21 juin 2013

Publié le

Interview de Vincent Lemoign web-entrepreneur expat à Chiang Mai

Salut Vincent peux tu te présenter en quelques mots ?

Salut Simon.
Je suis un entrepreneur qui vit de la vente de mes produits digitaux: icones vectoriels pour designers, ornements vectoriels "vintage". J'ai travaillé comme Web designer freelance depuis 2002, mais j'ai commencé a vendre mes propres produits depuis 2010.
J'habite dans le nord de la Thailande depuis 5 ans, avec ma fantastique femme: Mia. Elle a d'ailleurs elle même un business en ligne (cours de Thai via Skype)


Comment est tu passé du statut d'étudiant en fac d'histoire à webdesigner et entrepreneur à Chiang Mai ? Raconte nous un peu ton parcours :)


Milieu des années 90: étudiant contestaire en fac d'histoire avec peu d'espoir de trouver un bon job a la sortie. Devenir prof ou journaliste dans un quotidien de province… Bof… L'avenir parait sombre...
Et là, le premier coup de chance… Un jour a la fac (1996 je penses), je decouvre Photoshop installé sur un ordinateur et je commence a jouer avec… Le declic!

Je comprends que je peux creer des flyers. A cette époque, je suis passionné par la musique techno et mes murs sont couvert de flyers. J'ai maintenant le pouvoir de les créer moi même.



C'est la magie de l'informatique et d'internet, non?
On peut tous devenir des créateurs, et en vivre confortablement. On a échappé à des carrières de nazes dans des boites "corporates" ennuyeuses.

Second coup de chance. En 1999, je fait de l'auto-stop et je suis pris en stop par un des responsables d'une des premières startup française en 1999: "Le Village". C'était une ambiance de dingue: on pensait qu'on changeait le monde. Révolutionnaire à l'époque: un site communautaire, ou les utilisateurs créent le contenu. Le tout basé sur l'open source et le partage. On avait même un village en 3D!
Et puis, Boum! 2001… La bulle tech qui explose. Fin du rêve.

Au chomage, je deviens freelance pour survivre.. Ca marche de mieux en mieux, et je finis par facturer 550€/jour, en me payant le luxe de refuser des clients.

En 2009 je quitte la France, son ambiance dépressive, ses taxes de sangsue, et je voyage en asie: Hong-Kong, Bali, Thaïlande...
Y'a pas photo, je decide de rester en Thaïlande. Du coup le faible coût de la vie me permet d'investir du temps dans mes propres projets, et de faire une transition vers entrepreneur. Progressivement, je gagne de plus en plus de revenus passifs (grâce à la vente de produits digitaux). En 2012 je stoppe mes derniers contrats freelance et me consacre 100% sur mes propres produits.

Peux tu nous décrire ta journée type de travail dans ta villa à Chiang Mai ?


Je commence vers 8h30, et je bosse jusque vers 13h00.


Et après le repas… La sieste :-)
10 à 30 minutes, après cela c'est comme un reboot: j'ai les idées fraiches et je suis a nouveau motivé.
Les américains appellent cela une "Power Nap", je culpablise moins depuis que j'ai appris ça ;-)
Ensuite je bosse jusque vers 18h00. Et le soir, après le film, souvent 1 a 2 heures de plus.
Bref, c'est trop.


Quelles sont aujourd'hui tes principales sources de revenus ? Comment ont-elles évolué ses 5 dernières années ?


100% du revenu provient des ventes de produits digitaux.
J'ai basculé d'un revenu de contrats freelance à un revenu passif en moins de 2 ans.

Actuellement, Les ventes sont stables, mais je fait moins de profits depuis que j'investit dans de nouveaux produits: applications web. Ca coûte cher un dévelopeur!

Il existe une certaine rivalité entre les SEOs (ceux qui font ranker des sites moches), les Internet Marketers (ceux qui vendent de la merde à prix d'or) et les webdesigners (ceux qui font du beau mais qui ne sont pas forcément vu). Tu touches un peu au 3, quelle est selon toi le plus important pour avoir un site web qui marche ?


Les 3 sont important bien sûr.
Mais honnêtement, même avec un site tout pourri, un marketer peut faire un paquet d'argent. Le pouvoir des mots est immense, et quand un marketer sait jouer avec nos instincts, ils n'a besoin ni de SEO (car il peut juste acheter le trafic), ni d'un designer.

Querelle vaine de toutes façons: il faut apprendre le meilleur de chaque métier. Vendre mes propres produits m'a obligé à sortir de ma bulle de designer, à mettre en pratique le SEO, à faire des test a/B, à pratiquer le copywriting, et m'inspirer de ses repugnantes "long sales pages" (mais tellement performantes!)

Tu vas d'ailleurs être speaker au séminaire organisé par Léon (http://www.fusiondojo.com/2013/). Que vas tu y raconter ? Est ce que tu penses que cela vaut le coup de venir pour un français ?

L'année dernière on est allé au Fusion Dojo organisé par Léon: non seulement on a appris énormément sur le marketing, mais on ressorti hyper-motivé et pleins d'idées. Et c'était seulement sur 3 jours, cette année ca sera plus complet avec 7 jours de conférences/workshop.

Ca vaut encore plus le coup pour un français car tu sort de la bulle française et tu rencontres des marketers de niveau international .

Je donnerai des conseils pour créer des designs qui soient non seulement beaux, mais qui convertissent bien.

Tu as fait le joli logo de GreenTomato (encore merci), offres tu toujours tes services de webdesigner et si oui à quel prix ?


Trop de boulot, je ne travailles plus en freelance. Seulement des coups de main pour les amis.

Si je facturait aujourd'hui, ca serait dans les 600 à 700€/jour. Plus sur des prestas de consulting: améliorer les conversions via le design. Si vous êtes un designer de bon niveau, n'hésitez pas a facturer plus, il y a clairement une pénurie de designers , et les clients valorisent le design maintenant.

Pour finir, ou peut t- on acheter tes produits ? Te suivre sur les réseaux sociaux ?


9 Commentaires:

Keeg a dit…

Interview très enrichissante. J'aurai bien aimé savoir quel est son "niveau de vie" France / Thaïlande grâce à tout ça. :)

Refschool a dit…

en fait je pense que la vraie raison pour laquelle tu est allé en Thailande c'est pour être constamment bronzé voilà :)

Assurance-expatriation.fr a dit…

Salut,
Sincèrement on est loin du parcours du blogueur pro qui avec sa b*te et son couteau va gagner 150 000 euros en 3 mois en s'expatriant en Thaïlande ;-)
Plus sérieusement, c'est un sacré parcours que tu affiches là et c'est évident que la France a un goût de je travaille pour donner de l'argent au gouvernement, mais moi je bosse comme un âne et j'ai du mal à me faire plaisir. Bref vive la France !
Au delà de ça, c'est parfaitement vrai que les bons en design ça ne se trouve pas si facilement que ça, surtout en design web, car il ne faut pas tout confondre et c'est pourtant souvent le cas, savoir faire un très beau flyers, ne veut malheureusement pas dire savoir faire une landing page qui permet de convertir !
Enfin, bonne continuation et j'espère que tu réussiras à te dégager du temps pour mieux profiter de ce beau pays !

Apprendre la guitare facile a dit…

Salut,
Est-ce qu'on joue de la guitare aussi en Thaïlande ? ;)
Bref, je constate que le rêve se concrétise pour certain et d'autres resteront à se dire : j'aurais du le faire avant/aussi !
Bonne continuation au expat et Simon continue tes articles ça me donne envie de faire des choses même si je ne partirais visiblement pas en thaïlande
++ les amis

Anonyme a dit…

FusionDojo à Chiang Maï, est-ce que ça a un intérêt pour un débutant total qui n'a pas encore gagné un baht sur le net et qui ne veut pas de massages (la page de vente dit qu'on peut ne venir que pour les massages à 5 dollars)?

Vincent Le Moign a dit…

Merci a tous pour vos commentaires!

@Keeg: mon niveau de vie est, a la louche, 3 a 4 fois superieur a celui que j'avai en France.

@apprendrelaguitarefacile: jamais trop tard pour bouger!
Je suis parti de France a 35 ans. Relativement tard par rapport aux jeunes europeens que je vois arriver: beaucoup entre 20 et 30 ans.

@anonyme: Oui le FusionDojo a un interet si tu est debutant. tu vas justement avoir une vue d'ensemble des technique pour faire de l'argent en ligne

petit train a dit…

Bonjour Vincent,
Tu as de grosses journées de travail finalement, loin de ce que certains pourraient imaginer. La semaine de 4h c'est bien, mais rares sont ceux qui la vivent vraiment :)

actualite senegalaise a dit…

SLt
particulièrement heureux de lire cet article. Vincent je vois que tu est bien organisé dans ton travail et c'est important de ce permettre un temps de récupération assez suffisant pour pouvoir maximiser par la suite car le travail sur le net n'est pas chose évidente et il faut le savoir pour pouvoir en exploiter le profit. En tout cas bonne continuation et au plaisir de te relire.

Oizeaurar a dit…

Encore un profil et un parcours professionnel atypique qui donne envie et beaucoup d'idées :) L'expatriation risque fort de se développer à l'avenir, le statut d'auto-entrepreneur est malheureusement dans le collimateur de l'Etat Français...

Enregistrer un commentaire