05 février 2014

Publié le

Quoi ? Tu critiques mon app ?

Ci dessous la réponse de l'ami Etienne à mon dernier article par rapport à son app Dishout. Vas y fait toi plaise :)
http://dishout.us/


Je relève un déluge de bon sens dans cet article, et de nos précédentes discussions, je reconnais comprendre d’où tu viens et comment tu arrives à ces conclusions. Je crois cependant qu’il y a d’autres facteurs importants à prendre en compte afin d’écrire le scenario idéal pour un bestseller intitulé ‘je lance une app’. J’avoue également être surpris par le fait qu’étant toi-même web entrepreneur, tu ne sembles pas avoir assimilé la nécessité d’avoir une vision globalisante et intégrée lorsqu’il s’agit du développement d’une marque ou d’un produit, l’approche autocentrée linéaire, step-by-step étant selon moi caduque et inappropriée dans le monde digital, hormis peut être dans le SEO, quoique.



Ceci dit, je reconnais volontiers que certains axes de ma stratégie ou de son exécution sont discutables et que je n’ai pas fait la moitie des choses que j’aurai du faire. Je vais cependant essayer d’apporter quelques points d’éclaircissement dans mon approche, avec mon expérience dans le lancement d’un nouveau produit, et non dans celle de « je copie un produit qui marche ailleurs » qui soulève d’autres problématiques qu’il serait intéressant d’aborder dans un autre post.
Etienne et son futur million de $ offert par facebook pour racheter Dishout ?

Explorer une tendance afin de partir sur une  « vision »

Dans le cas de Dish Out, la tendance observée est celle du ‘Quantified Self’ dans laquelle s’inscrivent des produits comme Nike+ (app), Mint (site internet), ou plus récemment Razer (wearable tech). Je te renvoie à cet article qui explique cette tendance qu’ont les gens a aujourd’hui acheter des produits qui sont une version améliorée d’eux-mêmes. Je pense que le tweet « "Here's what our product can do" and "Here's what you can do with our product" sound similar, but they are completely different approaches. » résume très bien cette tendance.
Du coup, lorsque tu lances un produit, il est nécessaire de partir sur une vision non centrée sur toi-même mais autour du consommateur. Pour Dish Out, la vision initiale est d’offrir une solution qui permettra aux couples d’accomplir plus de choses ensemble, d’avoir un sens d’équité plus important et de produire de la reconnaissance au sein du couple, ce qui contribuera à une relation moins stressante et plus heureuse.  Un article sur notre blog explique comment nous voulons appliquer cette tendance au couple. Cette vision est incomplète sans étude de marché (j’y reviens plus bas) car sans elle, il te sera difficile d’établir des hypothèses qui te permettront de trouver ta niche et ton positionnement optimum.

Valider des hypothèses afin d’établir une « proposition unique »


Deuxièmement,  je pense que séparer l’idée de la stratégie du produit et du marché est une erreur fondamentale dans ton approche de lancement d’une app. Afin de te différencier (je reviens également plus bas sur la nécessité de se différencier), tu dois avant tout établir une proposition unique en prenant comptes de facteurs démographiques, socioculturels, et technologiques.
Par exemple, dans le cas de Dish Out, nous sommes partis sur les hypothèses suivantes:
  • Les couples urbains qui travaillent ont de moins en moins de temps pour s’occuper des taches du foyer (taches au sens large) et cela découle souvent sur de la perte de productivité qui nuit au bonheur dans la relation
  • La répartition des taches dans le couple heureux tend à se baser sur une expertise grandissante de chacun des individus au fil du temps
  • Les hommes sont prêts à faire plus de taches ménagères s’il y a une récompense en nature au bout
  • Les femmes donnent plus d’affection si elles reconnaissent une amélioration matérielle.
  • Quelles sont les activités ou non activités qui créent le plus de disputes au sein du couple
  • Singapour est le marché le réceptif a cette vision
  • Etc.
Une fois que tu as fait ton étude de marché autour de ces hypothèses, tu pourras être en mesure produire ta proposition centrale a partir de laquelle tu orientes ta stratégie marketing. Exemple: « Avec Dish Out, prouvez que vous n’êtes pas un branleur et vous récolterez des gâteries en échange ». « Dish Out. Moins d’engueulades, plus de câlins », etc. Tu vois la différence dans le discours par rapport à l’idée initiale ? Une idée n’est rien toute seule !

De la proposition unique découlera ta stratégie produit, ton positionnement et  ton marketing.


A propos de l’étude de marché, Le cout n’est pas si élevé que ca, avec des sites comme SurveyGizmo tu montes ca en quelques clics et est un outil qui te permettra de pivoter ta proposition après 3 ou 4 mois. Ensuite tu dois passer un peu de temps sur Excel à faire des graphs et penser des angles d’analyses, mais c’est assez riche comme exercice.

Egalement vital, une étude de marché te permet de construire une base de données, qui te permet d’avoir un feedback de ta cible (beta, questionnaire), de créer de la loyauté et d’avoir une base d’utilisateurs à convertir le jour du lancement.

Se différencier et se positionner comme un expert au lieu de spammer.


Afin de te garantir une couverture optimale le jour de ton lancement, tu dois être perçu comme un expert. Tu peux pas chopper des gros sites types Mashable, VentureBeat ou TechinAsia en trollant sur LinkedIn, et encore moins si ton idée n’est pas innovante. Tu dois avoir produit du contenu et apporter ta pierre a un édifice, quel qu’il soit.

En posant les bonnes questions, l’étude de marché te permettra de créer du contenu intéressant et sérieux et du coup te faire couvrir par ces gros sites mais également sur les sites plus niches : « Les couples qui font le ménage ensemble font plus l’amour que les autres » serait par exemple un bon article pour un site niche comme YourTango. En tant qu’expert SEO, tu confirmeras espère !
Ensuite les décisions sur le design, la plateforme sont plus des discussions opérationnelles liées au budget et à la nature produit a mon avis. Développer une dizaine apps au lieu d’une, bien sur, si ton budget limité te le permet. Partir avec un budget limité, c’est bien, mais partir avec un budget illimité c’est encore mieux. Développer une application simple en Phonegap oui, mais copier un Angry Bird t’imposera de développer en natif.
Je résumerais en trois points:
  1.  La création et le lancement d’un produit et copiage de produit sont 2 différentes activités (je partage personnellement plus les valeurs d’entreprenariat véhiculées dans le premier cas)
  2. Il n’y a pas de stratégie out-of-the-box dans le lancement d’une app (comme il n’y a pas de stratégie unique pour éduquer ton gamin).
  3. Une idée ne vaut rien sans une vision englobante et une proposition centrale affinée autour du consommateur (Aurais tu cru a Twitter en te basant sur l’idée d’un site ou tu peux que écrire 140 mots ?)
Moi je dis rendez vous dans 1 ans pour faire le bilan ;)...

3 Commentaires:

Auvairniton a dit…

Bon... du coup j'ai lu les 2 articles et je me dis : une app (ou plusieurs comme c'est la stratégie conseillée ici), ça demande un max de travail, tant pour la création que sa promotion. Y a-t-il des études sur le ROI ? Combien d'échecs pour quelques rachats mirobolants ?

Simon Legouge a dit…

A mon avis moins de 10% de rentable et 1 sur 10 000 qui explose

awbarre a dit…

Merci pour cet article. Mais personnellement, je pense qu'il est quasiment impossible de réussir via la création d une apps, trop de société se sont perfectionné dans ce secteur!

Enregistrer un commentaire